Petite mise au point sur nos immenses convictions

Quelle est notre raison d’être ?

Happydemics a été créé pour faciliter pour tous la conduite d’études d’opinion en toute circonstance, sur tous les sujets, partout dans le monde. En développant une technologie d’études permettant de mettre fin à toutes les limites auxquelles les professionnels étaient jusque-là confrontés.

Nous avons enclenché une révolution nécessaire qui devait profondément changer le marché des études, et les acteurs qui y sont installés. Mais avant d’être menée contre nos concurrents, cette révolution est surtout celle de nos clients, qui doivent pouvoir exploiter l’opinion comme un asset essentiel aux côtés de partenaires agiles, fiables, transparents.

En tant que nouvel acteur du marché, nous véhiculons souvent des à priori et stéréotypes qui brouillent notre mission et le travail de nos équipes pour satisfaire nos clients au quotidien. Dans un souci de transparence, nous avons voulu rasseoir les convictions qui sont l’essence-même de notre produit.

Happydemics n’est pas qu’une simple plateforme SaaS.

Si nous devons être mis dans une case, autant que cela soit la bonne. Happydemics est une technologie qui automatise entièrement la conduite d’une étude, de la collecte à l’interprétation des résultats. Nous proposons une offre complète pensée pour s’adapter à tous les besoins.

À l’inverse de certains concurrents qui proposent des plateformes au sein desquelles ils n’ont digitalisé qu’une partie de l’étude : création d’un questionnaire, visualisation des résultats ou panels en ligne, nous avons développé un produit qui en centralise toutes les étapes. Nous y avons injecté toute notre expertise et notre intelligence pour garantir un maximum de fiabilité, en évitant erreurs de traitement ou perte d’information, ainsi que pour gagner du temps et permettre à nos équipes de se concentrer sur leur métier : s’assurer que les insights délivrés à nos clients génèrent les meilleures décisions.

La méthodologie de Happydemics est encore plus représentative que celle des instituts.

Les instituts d’études ont recours à des panels, des bases de données figées d’individus qui ne représentent pas la diversité de la population : sous-représentation de certains profils (hommes, CSP+, jeunes), sur-représentation d’autres (femmes) et pays reculés difficiles d’accès.

Grâce à notre technologie, nul besoin d’être catégorisé dans une base de données en amont. Nous inversons la démarche et diffusons nos questionnaires sur des milliers d’applications pour obtenir un potentiel d’individus large et divers et garantir un nombre de répondants minimum sur chacune des cibles et zones définies. Le redressement, si nécessaire, est effectué en cours de collecte. L’échantillon est représentatif car la répartition est connue et publique, extérieure au panel.

Happydemics interroge les cibles rares. Mais pas que.

Nous sommes capables d’adresser 3 milliards d’individus uniques dans le monde. Si notre technologie nous permet effectivement d’aller chercher n’importe quel profil rare ou spécifique (BtoB, CSP+, zones géographiques difficiles d’accès) c’est parce que nous partons d’un ciblage extrêmement large en début de collecte, que nous affinons ensuite sur la base des univers médias consultés et des données de comportements réels pour garantir un ciblage aussi précis que nécessaire. Nous sommes donc tout aussi capables de faire des études sur des populations générales et des échantillons nationaux représentatifs.

Non, notre terrain de collecte n’est pas les réseaux sociaux.

Nous interrogeons 30 000 nouvelles personnes chaque jour , au sein de milliers d’environnements média singuliers. Il nous arrive de diffuser nos questionnaires sur les réseaux sociaux, mais la vraie force de notre technologie est de s’insérer dans les environnements de communication de tous publics pour permettre d’interroger chaque jour une diversité infinie de profils. La seule condition étant de disposer d’une connexion internet, ce qui est le cas de 96% des Français et 57% au niveau mondial. De la même façon, nous ne diffusons pas toujours nos questionnaires sur les mêmes applications, et n’interrogeons jamais les mêmes personnes. Si un répondant se trouve ciblé deux fois par erreur sur un sondage, il est identifié via un ID et la réponse doublon n’est pas comptabilisée dans l’analyse.

En matière d’études aussi, il n’y a pas que la taille qui compte.

Nous appliquons avec fierté une méthodologie de questionnaires avérée et recommandons effectivement qu’ils comportent jusqu’à 12 questions car cela permet d’optimiser l’expérience du répondant, tout en obtenant des réponses spontanées et sincères.

Quantité n’est pas synonyme de qualité, bien au contraire. Nous ne traitons qu’un sujet à la fois pour le traiter au mieux, en étant capables de dégager des insights extrêmement riches de ces 12 questions, sur des baromètres ou des sujets denses. Chaque questionnaire a son objectif, c’est ce qui nous permet de répondre concrètement à la problématique du client.

Ces questionnaires s’inscrivent dans des produits d’études complets basés sur de nouveaux indicateurs spécifiques et nourris de nos +1000 études et de notre connaissance du marché, elle-même renforcée par des benchmarks réguliers.

Happydemics se concentre sur l’essentiel : la diffusion de la connaissance.

Notre agitation quotidienne est d’apporter de vraies réponses, génératrices de décisions pour nos clients. Cela passe par des dashboards intelligents, des livrables clairs qui traduisent des résultats concis et précis, et disponibles sur une plateforme unique : un espace collaboratif commun aux équipes Happydemics et à nos clients leur permettant de comprendre, transmettre et utiliser au mieux l’information que nous délivrons.

Ceci étant dit, recentrons-nous sur notre mission : repenser tout un métier pour lui redonner de la valeur.

Une récente étude que nous avons menée révèle qu’un Français sur 3 ne fait pas confiance aux instituts de sondage, notamment par manque de transparence sur leur méthode de collecte. C’est justement notre rôle en tant que professionnel de cet écosystème de redonner confiance dans les chiffres en étant clairs et accessibles sur notre manière de délivrer l’information. C’est aussi pour ça qu’il était important que nous nous exprimions.

En tant qu’acteurs du secteur, nous avons un rôle commun : améliorer le quotidien de nos clients en leur permettant d’avancer sereinement dans leurs prises de décisions. Chez Happydemics, cela passe par repenser pour tous la manière de faire des études pour en faire plus, plus souvent, grâce à un modèle transparent et juste et à une méthode de collecte des réponses qui s’inscrit dans le monde actuel et qui est plus fiable pour capturer toute la diversité des opinions et des comportements.

Concentrons-nous sur cette mission pour nos clients et redonnons à l’opinion la place qu’elle mérite au sein des organisations et de notre société.