TOUT SUR LA SAINT-VALENTIN

  • Temps de lecture 4 minutes

On lit plein de choses sur la Saint-Valentin et avec Native Feedback, on a décidé, nous aussi, de mener l’enquête. 

Voici l’essentiel des réponses en 5 points.

.

  • #1 (PRESQUE) TOUS LES COUPLES FÊTENT LA SAINT-VALENTIN

    … Même ceux qui la critiquent à longueur d’année.
    Les 2/3 des individus en couple déclarent la fêter, et ce n’est pas rien, de quoi faire mentir ses détracteurs.
    Et elle a encore de beaux jours devant elle, car 60% des répondants sont persuadés que jamais elle ne disparaîtra, ce qui fait d'elle un incontournable depuis le XIVe siècle.
    Ce sont en majorité les couples avec enfants (38% vs 22% sans enfants) qui la célèbrent, l’explication la plus avancée étant l’envie de faire plaisir à l’autre (30%). Mais, sachant que 62% des interrogés déclarent se vexer si leur partenaire ne fête pas avec eux le 14 février, je vous laisse en tirer vos propres conclusions.

  • #2 VALENTINE, À TOI L' HONNEUR

    66% des femmes en couple disent fêter la Saint-Valentin, non par tradition ou par réelle envie, mais surtout pour « faire plaisir à leur partenaire ».
    Mensonge éhonté ou fait inconscient (?), la réalité veut que le même nombre d’entre elles (66%) se déclarent blessées si leur moitié ne leur consacre pas cette soirée. Tandis que ces messieurs, eux, sont certes plus nombreux à prétendre honorer la fête des amoureux (83%) mais ne sont que 37% à y attacher une importance toute particulière.
    Ainsi, les hommes fêtent la Saint-Valentin sans y accorder un sentiment particulier sinon la noble envie de faire plaisir. Tandis que les femmes lui attribuent une valeur sentimentale, faisant d'elles le véritable coeur de la célébration.

  • #3 LA SIMPLICITÉ POUR IDÉAL

    À quoi ressemble la soirée idéale ?
    Bon, déjà, il faut qu’elle soit passée ensemble, tous les deux, en tête-à-tête (62%). Oui, c’est évident, mais pas pour tout le monde. Alors, le temps d’une soirée, on fait un effort et on oublie la meilleure copine célibataire et le pote en couple qui ne fête pas la Saint-Valentin parce que «j’suis-pas-un-canard-moi».
    Et la tendance est à la simplicité.
    Voilà ce qu’aiment les Français interrogés ; le classique fleurs/resto (22% et 24%) en toute intimité.
    Une petite surprise pour marquer le coup (24%) est également appréciée, mais par contre, les bougies (11%) et les chocolats (5%) n’ont pas la côte.
    La faute à Noël et/ou Pâques, trop proches ?

  • #4 DES ACHATS TRADITIONNELS

    Et après les bougies et les chocolats, une pensée émue pour le grand rejeté de la fête : le bijou. 92% des couples ont tiré un trait dessus.
    Somme toute, les comportements d’achat des répondants sont tout aussi traditionnels que leur soirée idéale.
    46% des couples cherchent leur cadeau en magasin contre 16% seulement qui privilégient le e-commerce. Et quand l’inspiration déserte, la tendance est à la sécurité : 24% des gens demandent à leur moitié ce qu’elle souhaite recevoir.

  • #5 LA PUBLICITÉ INFLUENCE PEU, MAIS ...

    Il y a quelques temps, j’écrivais que les publicitaires avaient tout à parier sur Noël pour influencer les choix individus.
    Hors évènements, 17% des Français déclarent que la publicité influe sur leurs décisions d’achat, et si ce chiffre double à Noël (30%), il chute à l’approche du 14 février : Seuls 9% des couples affirment que les publicités orientent leur choix de consommation.
    Moins 8 points, donc.
    Reste tout de même un point commun entre ces deux célébrations qualifiées de commerciales : les femmes sont la meilleure cible des publicitaires. Si en temps dit « régulier », seuls 20% des individus influencés par la publicité sont des femmes, ce chiffre atteint les 79% à la Saint-Valentin, soit une augmentation de 59 points.
    Ainsi, publicitaire, le profil idéal à cibler est la femme (79%), en couple (mais pas mariée) et avec des enfants (33%)

Et pour les curieux, l'article sur Noël c'est  ici 

.

Capture d’écran 2018-01-23 à 11.06.30
Partagez cet article
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn